Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Ménez : Une saison déjà accomplie» Lecture d'une news



Ménez : Une saison déjà accomplie

Rédigé Le 09 avril 2012, 22h54 par Loic

Décisif en attaque, généreux cette fois en défense, l’international français a été un artisan majeur de la victoire parisienne.

Cette fois, on n’aura rien de spécial à dire sur la coupe de cheveux de Jérémy Ménez. Le milieu offensif du PSG avait habitué le public du Parc des Princes à quelques extravagances dans le balayage blond et la crête iroquoise mais, hier soir, ça n’est pas sur ce point qu’il s’est fait remarquer. On l’a beaucoup vu, mais pour d’autres raisons : premier buteur du soir, menace constante sur la défense marseillaise et, surtout, infatigable dans le travail défensif, l’ex-Sochalien fut l’un des acteurs principaux du succès parisien. Et il fut salué comme tel par les applaudissements nourris des tribunes à son remplacement par Mamadou Sakho, alors que l’OM se faisait plus présent devant le but adverse.

On jouait depuis 86 minutes et il avait déjà fait assez d’efforts, sans doute, aux yeux de Carlo Ancelotti. L’entraîneur italien le répète souvent : pour trouver l’équilibre, il faut que tout le monde y mette du sien dans le replacement. Ça n’a pas toujours été le point fort de Ménez, mais, cette fois, il fut irréprochable d’envie et de discipline. Il y a quelques années, il se serait peut-être contenté d’attaquer. D’autant qu’il l’a plutôt bien fait, dans un rôle qui n’est pas le sien. Comme à Nancy (1-2) le week-end dernier, il évoluait au poste d’attaquant dans un système à deux pointes et, pour lui, familier du côté gauche, c’était assez nouveau. Du coup, il a parfois eu des placements déroutants, décrochant loin du but pour pouvoir prendre de la vitesse. Toujours malin dans les appels et jamais au même endroit. Nkoulou, Mbia et Diarra pourront témoigner.

Après six minutes de jeu, il avait d’ailleurs trouvé l’ouverture. Un joli centre de Nene, une tentative contrée de Jallet et voilà le ballon qui lui arrive dessus. Ensuite, ça va vite : sans contrôle, le pied droit, précis, pour battre Mandanda. Le public exultait et, d’un coup de patte, Ménez avait déjà fait oublier le spectre du match aller (0-3, le 27 novembre). Avec un but qui compte, en plus. Depuis le match à Toulouse (1-3, le 28 août), l’ex-Romain n’avait jamais marqué contre une équipe de la première moitié du tableau.

Ses statistiques dessinent déjà une saison accomplie : cinq buts en L 1, et dix passes, surtout. Il aurait pu en ajouter une onzième hier, mais après une ouverture lumineuse vers Nene, le Brésilien croisait trop sa frappe devant le but de Mandanda (56e). Au fil des minutes, Ménez a brillé par ses efforts dans le harcèlement, jamais avare d’une course pour gêner le porteur du ballon ou donner un coup de main aux milieux de terrain. À quelques mètres de lui, Pastore errait comme une ombre, sans jamais peser ni même afficher de réelle maîtrise technique. Au jeu un peu facile des comparaisons, Ménez passerait alors pour l’affaire du siècle. Acheté contre 7 millions d’euros à l’AS Rome, il a tout de même coûté six fois moins cher que l’Argentin…

Source : L’Equipe

Ménez

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 25 visiteurs en ligne - Remonter