Chargement...


Belhanda : «On continue de coller aux pattes du PSG»

Rédigé Le 20 fevrier 2012, 23h10 par Loic

Buteur face au PSG (2-2), Younès Belhanda, le milieu de terrain de Montpellier, est revenu ce lundi sur le match nul de son équipe au Parc des Princes.

Younès, vous avez accroché le leader, le Paris-SG (2-2), dans le choc de cette 24e journée. C'était une revanche par rapport au match aller ?
On était un peu attendu, c'est vrai, surtout par rapport au match aller, oú on avait pris 0-3 chez nous. On a eu les ressources pour s'affirmer ici et produire notre jeu, qui est basé sur l'offensive, avec Garry (Bocaly) et Bedimo qui montent beaucoup. Même si on avait des craintes, au bout de vingt minutes, on avait le ballon. Après, sur un coup-franc qu'on peut éviter, on prend ce but (ndlr : Alex, 41e). Mais on a une belle réaction derrière, et c'est très bien de repartir au vestiaire avec 1-1 (ndrl : but de Belhanda, 45e + 1). On a même la chance de mener au score ensuite, mais sur mon erreur, oú je perds le ballon au milieu, ça fait ficelle derrière. Mais c'est bien de repartir avec un point d'ici.

Il n'y a pas, tout de même, un peu de déception, au regard de l'évolution du score ?
On revient de loin parce qu'on prend ce premier but vers la 40e minute de jeu, et puis on arrive à renverser le score et à mener 2-1. On a repris le ballon et on a réussi à les pousser à défendre beaucoup plus qu'à leur habitude. Mais il ne faut pas être déçu, c'est un point arraché à Paris, qui est toujours premier, et qui finira premier, je pense. Mais c'est bien, on continue de coller à leurs pattes.

Vous restez donc à un petit point du PSG. Vous ne pouvez vraiment pas le contrarier dans la course au titre ?
C'est Paris en face. C'est une grande équipe, et ça deviendra une grande équipe européenne. Le PSG sera champion, c'est certain. De notre côté, on est content de pouvoir se mesurer à eux.

« Si on pouvait jouer la C1 au final, ce serait formidable »

Mais la Ligue des champions devient un objectif concret au fil des journées, non ?
J'espère qu'on pourra disputer cette grande coupe et faire venir de grandes équipes à Montpellier. Mais pour l'instant, il y a Bordeaux qui arrive samedi prochain, il faut revenir à la réalité. Il y a encore beaucoup de matches à gagner. Si on pouvait jouer la Ligue des champions au final, ce serait formidable.

Vous vous êtes retrouvé face à Thiago Motta, Mohamed Sissoko et, dans une moindre mesure, Blaise Matuidi. Des adversaires au vécu impressionnant. Quelles étaient vos consignes ?
Je devais beaucoup défendre sur Thiago Motta parce que c'est le premier relanceur. Je ne devais pas non plus me coller à lui parce que c'est un mec qui tient bien et qui joue beaucoup avec son corps. J'ai essayé de lui filer entre les pattes. Ça s'est bien passé, même si en première mi-temps j'aurais dû beaucoup plus demander le ballon dans les intervalles.

Il y avait un peu d'appréhension avant d'affronter le leader et ses vedettes ?
Pas du tout, on joue au foot pour disputer ces matches-là. Pour moi, qui vient de débuter dans le monde professionnel, c'était un plaisir. Et on a démontré qu'on était une vraie équipe !

Source : France Foot

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 7 visiteurs en ligne - Remonter