Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Charles Villeneuve nie...» Lecture d'une news



Charles Villeneuve nie...

Rédigé Le 10 octobre 2008, 10h00 par Pascal

Charles Villeneuve est actuellement en cure en Italie. Intérrogé par Le Parisien pour réagir à l’annonce du quotidien "l’Equipe" quant à l’éventuelle arrivée de Didier Deschamps à Paris, Le président du PSG nie pour l'instant tout envie d'un nouvel entraineur.

Avez-vous pris contact avec Didier Deschamps ?
Manifestement, depuis que je suis au PSG, je me rends compte que beaucoup de gens cherchent à nous déstabiliser, notamment dans le cadre de mes rapports avec Paul Le Guen. Derrière le titre « Deschamps tout près de Paris », il n’y a pas un seul fait probant, ce ne sont que des hypothèses. Je démens quelque chose de purement spéculatif. C’est ahurissant ! Dès qu’il y a des défaites, hop, Villeneuve va tout changer ! Moi, je ne suis pas comme ça, je ne suis pas un destructeur. Je n’hésite pas à prendre des décisions, mais avant, je réfléchis, j’écoute et je n’ai pas besoin d’un cercle de conseillers.

Vous n’allez pas nous faire croire que tout cela n’est que spéculation…
Dans cette affaire, il n’y a ni fumée ni feu. On me prête tout le temps plein d’histoires, qu’est-ce que j’y peux ? Il y a deux semaines, j’étais en contact avec David Dein (NDLR : l’ancien directeur général d’Arsenal) pour préparer l’arrivée d’Arsène Wenger, j’étais en même temps à Abu Dhabi pour trouver des fonds. Aujourd’hui, c’est Deschamps, et demain, ce sera quoi ? Fabio Capello ? Marcello Lippi ?

Ronaldo ?
Lui, c’est différent, il a dit qu’il voulait venir au PSG. S’il accepte de faire des sacrifices financiers très importants, on l’accueillera avec grand plaisir. Mais pour l’instant, je ne l’ai pas vu, je n’ai pas eu de contact.

Paul Le Guen est-il menacé ?
Par qui ? Par quoi ? Sur la route oui, il peut avoir un accident de circulation. Ecoutez, on vient de commencer le championnat. Bien sûr, je ne peux pas me contenter d’un 0-0 contre Kayseri. Je veux aussi la manière parce que notre public veut du beau jeu. Avec Sébastien Bazin, notre stratégie est claire, il faut créer une culture du jeu qui nous survivra. Nous sommes une entreprise de spectacle, il faut que ceux qui viennent au stade aiment le style de jeu du PSG. Paris ne peut pas se contenter de simples résultats. Mais avant de passer de la 17 e place à la première, il faut quelques étapes. « J’ai beau ne rien connaître au foot (...) je préfère regarder du beau jeu que ma montre »

Est-il toujours l’homme de la situation ?
Je pense que c’est un bon technicien. Aujourd’hui, nous faisons confiance à Paul Le Guen.
Dans le monde du football, cette formule a une valeur très relative… Je vous ai répondu, qu’est-ce que vous voulez que je rajoute ?

Sébastien Bazin vous a-t-il demandé des explications ?
(Ferme) Premièrement, je n’ai pas à vous répondre. Deuxièmement, on s’appelle quasiment tous les jours. En ce moment, il a autre chose à faire qu’à me demander des comptes.

Avez-vous téléphoné à Paul Le Guen ?
Je vais le faire et je vais lui dire la même chose qu’à vous.

Comment définiriez-vous vos relations ?
Franches. Moi, je dis ce que j’ai à dire, et lui aussi… j’espère.

Lui avez-vous fixé un objectif en termes de résultat ?
Non, moi, je ne tiens pas ce langage. Il y a toujours des vérités de l’instant et des vérités futures, mais les vérités futures, on ne les connaît pas. Pour l’instant, on est sur le même bateau et on espère que le bateau va arriver à quai. On est dans une construction beaucoup plus longue que cette saison, elle doit amener l’équipe à disputer le titre dans deux ou trois ans.

Mais êtes-vous satisfait du travail de votre entraîneur ?
Ecoutez, je viens de vous dire qu’on lui maintenait notre confiance. Ça veut dire que je pense qu’on peut faire encore mieux avec Paul Le Guen. Sinon, il serait déjà parti. Mon ambition est de donner un vrai style au PSG. J’ai beau ne rien connaître au foot, je suis un spectateur comme les autres et je préfère regarder du beau jeu que ma montre.

Quand vous dites ça, on se pose encore plus de questions, car le style Le Guen est plutôt défensif…
Etre défensif, c’est un très bon principe, toutes les grandes équipes se sont construites à partir d’une grande défense. Comme me le rappelait Zidane, les Italiens sont toujours difficiles à battre parce qu’ils sont extrêmement solides en défense. Le groupe a de grands joueurs. Makelele, Giuly, Sessegnon, Hoarau qui progresse à chaque match. Il y a de l’espoir, indéniablement.

Charles Villeneuve

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 26 visiteurs en ligne - Remonter