Chargement...


Les réactions suite à l'annonce de l'éviction de Kombouaré

Rédigé Le 22 decembre 2011, 22h59 par Loic

Anciens joueurs, entraineurs ou même président du PSG ou d'autres clubs, ont réagi à l'annonce de l'éviction d'Antoine Kombouaré de son poste d'entraîneur du Paris Saint-Germain.

Grégory Coupet (Ancien gardien de but du PSG) :
« On ne peut pas parler d’injustice. Ce n’est pas une question de compétence mais d’image. Le PSG est parti dans une autre dimension. Savoir qui entraînera fait peut-être partie des revendications de David Beckham ou d’autres grands joueurs. Antoine Kombouaré parle moins que Carlo Ancelotti à ces joueurs-là. Cela me paraît logique. C’est une question de notoriété. Antoine a accompli sa mission de fort belle manière. Il part par la grande porte ».

Luis Fernandez (Ancien entraineur du PSG) :
« Si on fait un sondage, on vous le dira. Ce n’est pas logique. Peut-être qu’à la tête du PSG, on a envie de passer un cap supérieur, en faisant venir David Beckham et un entraîneur de renom. Ce n’était peut-être pas le cas d’Antoine. Les dirigeants avaient peut-être certaines craintes. Ils ont décidé de le limoger. On va attendre avec impatience le nom du prochain entraîneur. Antoine est quelqu’un d’honnête, de professionnel. Il a travaillé avec sa méthode, ses idées et son franc-parler. Il a fait du bon travail. L’an passé, le PSG a terminé 4e. C’était déjà une bonne saison. Aujourd’hui, il quitte le club à la première place ».

Joël Müller (Président de l’Unecatef (Union nationale des entraîneurs et des cadres techniques professionnels du football) :
« Je suis révolté de ce que je vois et de ce que j’entends. C’est scandaleux et ridicule, j’ai cru que c’était le 1er avril malheureusement non, on est en décembre. Les propriétaires du club prennent les décisions qu’ils veulent. On se plaint des évictions d’entraîneurs qui n’ont pas de résultats. Mais là, que peut-il faire du mieux au niveau de son travail d’entraîneur ? Il a fédéré les joueurs, il est champion d’automne. Il a travaillé depuis deux mois des conditions difficiles. C’est vache, lâche et écœurant ».

Laurent Robert (Ancien joueur du PSG) :
« On a du mal à comprendre. Il était premier du championnat. On lui a demandé d’être au top-niveau, il l’a fait en étant champion d’automne. Avec l’effectif qu’il avait, il fallait un temps d’adaptation. Il a su mettre en confiance tous ses joueurs. Le voir partir, ça me touche. C’est chiant pour le football parce que c’est un Français qui a de l’amour pour ce club ».

Charles Villeneuve (Ancien président du PSG) :
« Elle était attendue depuis le début quand les actionnaires qataris ont repris le club. On aurait mieux compris qu’ils évincent Antoine Kombouaré dès le départ plutôt qu’aujourd’hui alors qu’il est champion du monde. Ils ont une stratégie de faire du PSG l’un des dix clubs les plus huppés d’Europe d'ici trois ou quatre ans. Comme ils ont des moyens exorbitants, ils veulent faire venir un entraîneur de renom capable d’attirer de grands joueurs au PSG. C’est une culture très différente de la nôtre. On n’en a pas encore pris l’habitude en France. Ce sont des méthodes brutales qui existent dans tous les championnats européens ».

Vahid Halilhodzic (Ancien entraineur du PSG) :
« Je ne comprends pas ça. Quand même il est en tête de la Ligue 1. Le premier objectif du club, des Qataris, c'est d’être champion, c'est bien parti. C'est Leonardo qui a pris une responsabilité énorme, maintenant qu'il a fait ça, il assume. Mais pour moi c'est vraiment incompréhensible de virer quelqu'un alors qu'il est premier ! ».

Ali Benarbia (Ancien joueur du PSG) :
« Il n’y a aucune surprise. Pour Antoine, ça a été une bonne publicité pendant six mois. Il n’a jamais eu autant de publicité en six mois qu’il en a eue en une saison l’année dernière. La décision vient de Leonardo via QSI. Tout a été prévu. Il était clair que les Qataris allaient s’occuper de tout de A à Z. S’ils avaient pu se mettre d’accord plus tôt avec Ancelotti, ils auraient évincé Antoine immédiatement ».

José Anigo (Directeur sportif de Marseille) :
« Dans les grands clubs, il se passe toujours quelque chose. C’est surprenant parce que l’équipe est première à mi-parcours avec un bon entraîneur reconnu comme tel et comme étant un bon mec, ça va faire du bruit dans le monde du football. Faire partir l’entraîneur alors que le classement montre qu’il a rempli les objectifs fixés par son club… C’est difficile de s’immiscer dans un club quand on bosse dans un autre club. Mais vu de notre petite province, c’est surprenant. Il y a des choses dans le foot qui m’interpellent ».

Bernard Tapie (Ancien président de l'OM) :
Président de Marseille en 1990, Bernard Tapie avait décidé de licencier Gérard Gili, alors en tête du championnat, pour le remplacer par Franz Beckenbauer.
« Est-ce qu'on peut concevoir de rompre un contrat à quelqu'un qui est en tête du championnat, la réponse est oui. Simplement parce que l'intime conviction d'un dirigeant, qui est de mettre son argent pour avoir le droit de se tromper, c'est de croire, qu'avec un autre entraîneur, l'équipe serait meilleure, ce qui n'est pas garanti ».

Francis Llacer (Ancien joueur du PSG) :
« Même si aujourd’hui tout le monde avait compris que le divorce était consommé, je ne trouve pas ça très élégant la façon dont ça s’est fait. Ce n’est pas digne d’un directeur sportif du PSG. Il faudra qu’on m’explique comment on peut faire mieux qu’être champion d’automne ? Avoir 50 points ? Mais ça ne s’est jamais vu dans le championnat de France. Antoine a réussi à faire un truc exceptionnel avec l’équipe. Les joueurs sont arrivés très tardivement et il a réussi à créer une osmose, une dynamique. Contrairement à ce que les gens veulent bien raconter, il a recadré des joueurs quand il le fallait, parce qu’il y en avait quelques-uns qui pensaient un petit peu s’envoler (sic). Pour moi, il a fait un travail exemplaire, et le virer comme ça d’un revers de main, c’est limite insultant ».

Jean-Michel Moutier (Ancien gardien et directeur sportif du PSG) :
« Avec Leonardo, il faut s’attendre à tout. Cette éviction d’Antoine Kombouaré est lamentable, d’autant que le PSG n’avait plus était champion d’automne depuis plus de quinze ans. Le moment n’était pas opportun pour virer Antoine, qui a démontré pendant six mois, malgré un directeur sportif qui voulait sa peau en permanence et neuf nouveaux joueurs, qu’il travaillait bien. Je ne suis pas surpris connaissant Leonardo. Quand il rencontre Ancelotti… C’est déjà pour affaiblir Antoine qui a fait preuve alors d’une grande force. Quand on ne veut plus de son chien, on dit qu’il a la rage ».

Vincent Guérin (Ancien joueur du PSG) :
« Il y a beaucoup d’incompréhension autour de cette annonce. C’est une décision insensée mais aussi prévisible compte tenu de la tension que subi Antoine depuis le mois de juillet. Il savait que ses jours étaient comptés et il pensait même que cela pouvait intervenir plus tôt. Il est resté pro jusqu’au bout en sachant qu’il y avait cette guillotine au-dessus de s tête. C’était très compliqué avec Leonardo et la situation s’est désagrégée au fil du temps. Antoine a su maintenir le cap et il est resté apprécié du vestiaire. Il a prouvé sa capacité à être efficace ».

Sources : RTL, Orange Sport Info, Football365, RMC & So Foot

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 14 visiteurs en ligne - Remonter