Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Nenê : "J’ai dépassé la ligne blanche"» Lecture d'une news



Nenê : "J’ai dépassé la ligne blanche"

Rédigé Le 21 aout 2011, 10h35 par Loic

Ecarté du groupe parisien lors du déplacement cette semaine au Luxembourg, le Brésilien Nenê sera titulaire cet après-midi en Ligue 1 face à Valenciennes au Parc des Princes. A quelques heures de la rencontre, il a répondu aux questions du Parisien.

Vous avez été sanctionné après une altercation avec Antoine Kombouaré, à l’issue du match à Rennes, et vous n’étiez pas du déplacement jeudi au Luxembourg. Que s’est-il passé au juste ?
J’ai dépassé la ligne blanche. Je ne dois pas répondre à mon patron, l’entraîneur. Je le regrette et je me suis excusé. Dans une famille, il peut y avoir parfois des tensions.

Pourquoi étiez-vous énervé ?
J’étais déçu que l’on se fasse rejoindre à deux minutes de la fin (1-1). Le fait de ne pas jouer m’importait peu. J’étais déçu pour l’équipe. Après, c’est sûr, j’ai envie de disputer tous les matchs et je n’aime pas perdre. C’est mon caractère. Aux jeux vidéo aussi, je suis comme ça ( rires ). Mais ça n’avait rien de méchant. Je sais que je dois mieux me contrôler.

La réception de Valenciennes est-elle déjà décisive pour le PSG ?
Ce match est très important. C’est déjà le deuxième à domicile et on n’a pas encore gagné en championnat. On doit tout faire, même plus que 100%, pour décrocher la victoire.

Javier Pastore est aussi convoqué dans le groupe. Comment le trouvez-vous ?
Il est trop facile avec le ballon! Il est vif et technique. Javier fait jouer l’équipe, ça va nous aider beaucoup. C’est un plus énorme.

Avez-vous été impressionné par son premier match ?
Oui, et je pensais qu’il jouerait beaucoup moins. Il a été très bon pour sa première sortie, alors qu’il n’est pas encore à 100% physiquement.

Et comment est l’homme ?
Simple et timide. Il est vraiment tranquille. Dès qu’il a besoin de quelque chose, il le demande, mais ce n’est pas un grand bavard. On l’embête un peu en lui faisant répéter en français certaines choses qu’il demande comme « courir demain matin » ou « à quelle heure a lieu l’entraînement ? » (Rires)

Redoutez-vous l’aura médiatique de Pastore, qui pourrait vous faire de l’ombre ?
Pas du tout. Je me fiche d’être la star de l’équipe. Les gens pensent que j’ai des problèmes d’ego, mais ce n’est pas le cas. Je suis ravi de l’arrivée au PSG de grands joueurs. Ça va m’aider personnellement, je serai moins surveillé. Et je préfère que le PSG gagne plutôt que de marquer des buts.

Comment le vestiaire vit-il les rumeurs sur l’avenir incertain d’Antoine Kombouaré ?
Beaucoup de choses se disent et s’écrivent, mais moi je ne m’en préoccupe pas. Le coach est habitué à la pression et ça ne change rien aux relations qu’il a avec le groupe. Ça ne nous déstabilise pas. On doit penser au match, aux consignes de l’entraîneur.

La saison dernière, vous aviez dit que le PSG pouvait être champion. Le club vous l’avait reproché par la suite. Est-ce l’objectif cette saison ?
Aujourd’hui, ce n’est pas l’objectif déclaré. Mais oui, on peut être champions. Tout le monde ici en a envie. Par rapport à tout ce qui s’est passé au club depuis quelques mois, dire ça maintenant n’ajoute pas plus de pression. La pression, on l’a déjà à Paris, peut-être un peu plus désormais car on a la responsabilité de bien faire, vu les sommes dépensées. On doit accepter et travailler avec.

De la ligne offensive qui évoluait régulièrement la saison dernière (Giuly, Bodmer ou Erding, Hoarau et Nene), vous êtes le seul à avoir conservé un statut de titulaire...
(Sourire) Personne n’est indiscutable. A mon poste, milieu gauche, il n’y a pas eude recrutement, mais des joueurs peuvent jouer à ma place. C’est flatteur, mais je ne crois pas que je suis indiscutable.

Il vous reste deux ans de contrat. Souhaitez-vous prolonger ?
Ce serait une très bonne chose, oui, de prolonger…

Pensez-vous encore à la sélection brésilienne ?
Si on parle davantage du PSG, pas seulement en France mais aussi dans le monde, ce sera tout bénéfice. Mais je ne veux pas penser à la sélection car, l’année dernière, je l’ai trop attendue et elle n’est pas arrivée. Et j’ai été déçu. Si je suis bon, elle arrivera naturellement.

Source : Le Parisien

Nenê

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 12 visiteurs en ligne - Remonter