Chargement...


Leonardo : «Essayer d'améliorer l'équipe»

Rédigé Le 27 juillet 2011, 20h51 par Loic

En marge de la présentation de Milan Bisevac à la presse, le nouveau directeur sportif du PSG, Leonardo, a répondu aux questions des journalistes présents au Parc des Princes.

Leonardo, que pensez-vous de l’arrivée de Milan Bisevac ?
Je suis arrivé alors que les négociations étaient déjà en cours. Milan avait vraiment envie de venir et c’est ce qui a été déterminant. Il parle de rêve et d’émotion. J’ai d’ailleurs une anecdote à propos de ça. Il y a trois jours, on a parlé au téléphone et quand il est arrivé au Parc des Princes, il était vraiment ému et cela s’est vu. C’est quelque chose de très important si on travaille ensemble. Quand on a signé le contrat, il a pris une photo avec son portable. C’est un peu une réaction d’enfant due à l’émotion. L’état d’esprit, c’est la base. C’est fondamental pour faire quelque chose. C’est ce qu’on est en train de construire.

Connaissiez-vous le joueur avant d’arriver au PSG ?
Oui, je le connaissais déjà avant. On parle d’un joueur international serbe. Dernièrement, on a dit beaucoup de choses, c’est normal. C’est un moment délicat. Milan, c’est un joueur qui connaît bien la France. Ces moments-là sont importants pour rentrer dans le championnat comme il faut. Même si on a le temps, il ne faut pas le presser. Mais vu qu’il connaît le club et la France, ça aide.

Pensez-vous que le PSG fait de nouveau rêver ?
Le PSG reste le PSG. Il y a toujours une histoire et une ville derrière une équipe comme ça. Même si ça fait longtemps que le PSG n’a pas remporté le championnat, la tradition et la marque du club sont toujours là. Grâce à ça, c’est plus facile pour négocier. Aujourd’hui, il faut faire les choses petit à petit. La base et l’identité du club existent déjà. On va chercher à maintenir puis à améliorer les résultats. Les négociations sont importantes mais le but réel est d’arriver à la signature. Jusqu’au 31 août, il va se passer beaucoup de choses. Le marché est comme ça, on parle beaucoup.

« On veut créer de la joie et de l’émotion »

Combien de joueurs espérez-vous faire signer avant la fin du Mercato ?
Ça dépendra des besoins de l’équipe. Certains joueurs sont partis. Heureusement, on a eu de bons rapports avec les clubs des joueurs qui sont arrivés en début de semaine (AS Roma, Valenciennes, Saint-Etienne). Il a fallu patienter un peu. Cinq joueurs, c’est déjà important. On verra s’il reste encore des choses à faire.

A quoi voulez-vous que le nouveau PSG ressemble ?
La vie est devenue pragmatique mais le football, ce n’est pas mathématique. Nous, on veut créer de la joie et de l’émotion. Arriver ici avec de l’argent et acheter des joueurs, ça ne fait pas tout. On veut créer quelque chose qui fait rêver. On a besoin de temps et de personnes. Sans elles, on ne peut rien faire. Sincèrement, je pense qu’on est sur la bonne voie. Je suis là depuis dix jours et je ne vois que du positif. On verra les résultats. On ne se met pas la pression mais le PSG ne doit viser que la victoire.

Quels postes cherchez-vous encore à pourvoir ?
Entre ceux qui sont partis et ceux qui sont arrivés, si on veut avoir le même effectif que l’année dernière par rapport au poste, il nous manque un gardien. C’est un poste dont on doit s’occuper. On a perdu de l’expérience avec le départ de Giuly, Makelele et Coupet et on a gagné en jeunesse avec des joueurs internationaux français et serbe. L’effectif est là. L’équipe est compétitive. Elle l’était déjà l’année dernière en Coupe d’Europe, dans le championnat de France ou encore en Coupe de France. S’il y a des opportunités, on va essayer de l’améliorer. Mais ce n’est pas facile d’avoir les joueurs qu’on veut.

Est-ce que la direction a la volonté d’attirer une grosse star cet été ?
Je crois que le PSG a déjà un niveau international. Ce n’est pas un joueur qui fait que le club change de statut. Le PSG joue aujourd’hui la Ligue Europa. Bien sûr, ce n’est pas la C1. Il faudra attendre au moins un an pour y arriver. C’est un de nos objectifs. L’autre, c’est d’être compétitif dans le championnat français car c’est lui qui nous permet d’accéder à la C1 justement. Les objectifs dépendront aussi de l’effectif.

« Je suis là pour le club »

Qu’en est-il de la piste Javier Pastore ?
J’ai un très bon rapport avec le président de Palerme. On parle de joueurs comme Sanchez, Ganso, Pastore parce que ce sont des joueurs que tout le monde veut. Ce sont les joueurs du moment. Ils sont jeunes et talentueux donc ils sont très demandés sur le marché. C’est difficile. On a déjà recrutés cinq joueurs et l’équipe commence à être en place.

Est-il possible de voir des joueurs aussi cotés rejoindre le PSG ?
Le Mercato n’a pas de logique. Il faut faire les choses petit à petit. On étudie toutes les possibilités. Mais l’important, c’est de voir avec les joueurs qui ont envie de venir, qui ont confiance dans le projet de l’équipe. Ce n’est pas parce que tu as Pelé et Maradona que tu vas gagner. Il faut avoir une équipe mesurée et équilibrée.

N’avez-vous pas peur de la grande euphorie autour du club ?
Je n’ai pas peur. Si tu as peur, tu ne fais rien. Je n’ai pas de problèmes. Je n’ai pas d’ambitions personnelles. C’est un moment important pour le club. Je suis là pour le club.

Est-ce que la nouvelle génération de joueurs brésiliens a envie de venir au PSG ?
Je crois que le marché change. Ce n’est plus le même Brésil. La France, l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre sont toujours au centre des discussions. On a des joueurs jeunes qui sont sur le marché mais qui ont déjà des contrats importants.

Source : Mercato365

Leonardo

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 8 visiteurs en ligne - Remonter