Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Match» Les réactions des entraîneurs» Lecture d'une news



Les réactions des entraîneurs

Rédigé Le 01 mai 2011, 0h16 par Loic

Antoine Kombouaré, l'entraîneur du Paris SG, et Philippe Montanier, le coach de Valenciennes, ont réagis après la rencontre (3-1) au Parc des Princes. Kombouaré regrette le relâchement de son équipe en fin de première période.

Antoine Kombouaré (entraîneur du PSG) :
C'est un gros soulagement. C'était un match compliqué contre un adversaire difficile à manoeuvrer. La preuve, c'est qu'on n'a pas toujours eu la maîtrise et qu'on a parfois été bousculés. Le but encaissé avant la mi-temps nous met dans le dur, dans le doute avant ce troisième but qui nous libère en fin de match. VA a eu beaucoup de situations et je n'étais pas du tout satisfait. A 2-0, on a montré des signes de relâchement. On doit être plus rigoureux, plus disciplinés et agressifs. On a de très bons frappeurs et des joueurs athlétiques, de la taille. Il faut en profiter. Les touches longues de Ceara sont aussi une arme. On peut marquer dans le jeu et sur coup de pied arrêté. C'est une force qu'il faut garder jusqu'à la fin. Voir Nene efficace c'est bien, mais c'est aussi le retour en forme de Bodmer, Hoarau ou Giuly. Ils ont tous traversé une période difficile. C'était notre 60e match et quand il y a de la pression comme ce soir, je peux comprendre qu'il y ait des creux. On demande beaucoup aux joueurs. C'est au mental qu'on va chercher cette victoire. L'idée, en jouant avant Lyon, était de lui mettre la pression.

Philippe Montanier (entraîneur de Valenciennes) :
On a perdu 0-3 le match des coups de pied arrêtés. Mais quand on est mené rapidement 0-2, ça ne facilite pas la tâche. Malgré tout, les joueurs n'ont pas lâché. Il n'y a pas de honte non plus à perdre à Paris. Ils ont des joueurs de classe internationale et aussi la réussite qu'ont ceux qui savent la provoquer. Nous, on n'a pas ça. Je crois que nous sommes la 19e équipe sur coup de pied arrêté et on l'a montré ce soir. Notre mérite, c'est d'avoir réduit le score et d'avoir fait peser sur Paris la menace d'une égalisation. C'est difficile de dire quel match cela aurait été avec Bisevac. On a perdu un round, il en reste cinq pour le maintien. On table sur 43 points. Si les joueurs sont déçus, ça n'altère en rien notre capacité à rebondir. Cette saison, on n'a pas été loin à trois reprises contre Paris mais à chaque fois on les a pris au mauvais moment, quand ils retrouvaient des couleurs.

Source : France Foot

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 10 visiteurs en ligne - Remonter