Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Roche évoque le Mercato» Lecture d'une news



Roche évoque le Mercato

Rédigé Le 26 avril 2011, 13h48 par Loic

Alain Roche se confie ce mardi au quotidien Le Parisien. Le responsable du recrutement du PSG a affirmé que le club parisien allait notamment recruter en France. Selon lui, les priorités ont été définies.

Tout le monde sait que le PSG s’intéresse à Alou Diarra, Payet et Gameiro pour la saison prochaine. Cela complique-t-il votre travail ?
Non… Il faut se méfier des noms qui circulent, il y en a d’autres qui ont du talent et on n’est pas les seuls à s’intéresser aux bons joueurs du championnat. Ce qui est bien, c’est qu’avec les résultats positifs, c’est plus facile de convaincre.

Pourquoi privilégiez-vous les joueurs du Championnat de France ?
Parce qu’on veut limiter les risques en se focalisant sur des joueurs qu’on connaît bien. Si on prend un risque, il doit être modéré en termes financiers.

En termes de recrutement, le PSG a-t-il trouvé la bonne formule en associant depuis deux ans des joueurs d’expérience qui encadrent des plus jeunes ?
Seuls les résultats le diront. Makelele, Giuly et Coupet nous ont beaucoup aidés et ils ont pris une part prépondérante dans l’éclosion de certains. Ils sont revenus en France avec un état d’esprit exceptionnel. On a besoin de joueurs de cette dimension, mais ce n’est pas facile à trouver car ils sont souvent dans des gros clubs. Et il ne faut pas qu’ils pensent venir en retraite dorée.

Au-delà de l’aspect sportif, comment pouvez-vous savoir si un joueur est fait pour Paris ?
On s’intéresse beaucoup à la personnalité. Je me fie beaucoup aux déclarations, on arrive à déceler les traits de la mentalité. Un joueur qui balance sur ses coéquipiers, il y a peu de chances qu’on le prenne… A Paris, la tranquillité du vestiaire est déterminante. C’est un bonheur de voir qu’il y a moins d’indiscrétions, ça veut dire qu’on ne s’est pas trompé sur les personnes. On a affaire à des mecs sains et intelligents.

Le comportement de Dimitri Payet, qui a boycotté l’entraînement avec Saint-Etienne pour rejoindre le PSG, peut-il vous amener à changer d’avis sur lui ?
Il a peut-être eu un sentiment humain de se dire que le train ne passe qu’une fois. Moi, je ne pense pas que ce soit un garçon avec un mauvais état d’esprit.

Est-il difficile de préparer le recrutement sans connaître les intentions de Colony Capital ?
L’incertitude est d’abord sportive. A la fin du championnat, ce sera plus clair et l’enveloppe sera déterminée par l’actionnaire. Avec le président et l’entraîneur, on a défini nos priorités, nous avons progressé et nous devons avoir une plus grande ambition la saison prochaine. On sait ce qu’on veut faire et ce que l’on doit éviter. Mais même si on finit troisièmes, il ne faudra pas se précipiter. Vu le contexte financier, le mercato sera compliqué pour tout le monde.

Croyez-vous à la troisième place, synonyme de participation à la Ligue des champions ?
On a franchi un cap face à Lyon en remportant enfin un match qui nous a fait basculer du bon côté (1-0). On nous a assez reproché jusque-là de ne pas en être capables. Il ne faut pas s’enflammer, mais si on est sérieux, on peut faire quelque chose.

Comment expliquez-vous le renouveau de la formation du PSG ?
La création du centre de préformation a tout changé. Avant, on prenait des joueurs à 15 ou 16 ans et les meilleurs étaient déjà partis ailleurs. Bertrand Reuzeau (directeur de la formation) et Pierre Reynaud (recruteur au centre de formation) font un boulot incroyable, on a des partenariats avec des clubs franciliens. On devient un concurrent crédible aux autres centres et les parents gardent leurs enfants près d’eux. Sortir un Chantôme ou un Sakho toutes les deux saisons serait la meilleure image de marque qu’on pourrait donner au football francilien.

Source : Le Parisien

Roche
Mercato

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 20 visiteurs en ligne - Remonter