Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Kombouaré : «Interdire les voyous»» Lecture d'une news



Kombouaré : «Interdire les voyous»

Rédigé Le 12 mars 2010, 21h34 par Loic

A la veille de la réception du FC Sochaux au Parc des Princes, samedi à 19H00, Antoine Kombouaré a tenu sa traditionnelle conférence de presse. Selon lui, le boycotte et les huis clos ne sont pas les bonnes solutions...

Antoine Kombouaré, qu'attendez-vous de ce match contre Sochaux après le résultat nul (1-1) arraché à Lens lors de la dernière journée ?
J'attends la victoire. Le point à Lens a été acquis dans la douleur, mais la manière m'a plu car nous avons démontré de superbes ressources mentales. C'est un bon point qui nous a fait énormément de bien mentalement et qu'il faut maintenant valider avec une victoire face à Sochaux. J'attends de mes joueurs qu'ils se comportent en champions samedi.

Vos joueurs ont-il franchi un cap au niveau de l'état d'esprit en réussissant à arracher ce nul à Lens ?
En tout cas, ce qui est sûr c'est que ce point nous a fait beaucoup de bien. Il a désinhibé certains joueurs et apporter beaucoup de confiance. Quels joueurs ? Beaucoup de joueurs, car jusqu'à présent, nous n'avions pas réussi à renverser certaines situations oú nous étions en difficultés ou menés au score. A Lens, nous y sommes parvenus à un moment oú l'on pense que les carottes sont cuites. C'est bien. C'est aussi ce que j'attends des joueurs qui entrent sur le terrain. A Lens, c'est vrai que l'apport de Jean-Eude Maurice, de Kezman et de Sankharé nous a fait du bien. J'espère que cela va titiller ceux qui sont sur le terrain.

Avez-vous également ressenti un mieux cette semaine à l'entraînement ?
Je sens les joueurs mieux dans leurs têtes déjà. Ils ont envie de faire un grand match samedi après le bon résultat ramené de Lens. Tout cela fait qu'aujourd'hui, j'ai l'impression d'une équipe qui a envie de repartir de l'avant. Mais il faut valider ça par des actes maintenant. Le match contre Sochaux me donnera raison ou pas par rapport à la façon dont nous avons bossé cette semaine.

« Je ne conçois pas le foot de cette manière-là »

Appréhendez-vous les retrouvailles avec le Parc des Princes ?
Non, non. C'est loin de mes préoccupations tout ça. Moi, j'appréhende surtout la manière dont va se comporter mon équipe, comment elle va jouer et va être capable d'aller chercher les trois points de la victoire. La seule question que je me pose concerne mes joueurs et l'attitude qu'ils auront pour faire un bon match, mais surtout pour être efficaces. Car la seule chose qui compte c'est de gagner. C'est notre boulot.

Un Parc qui sonne creux peut-il avoir une incidence sur le comportement de vos joueurs ?
Moi, j'ai toujours dit à mes joueurs qu'il faut faire abstraction de tout ce qui se passe autour. Je ne saurai qu'après le match si le contexte a pu avoir une incidence sur le comportement de mes joueurs. Mais avant, je suis incapable de répondre. Nous allons nous concentrer sur notre travail, nous n'allons pas entrer sur le terrain en nous demandant comment vont se comporter les supporters et s'ils vont être avec nous ou contre nous. Le plus important aujourd'hui est de préparer l'équipe pour que nous fassions le meilleur match possible contre Sochaux.

Les joueurs vous font-ils part de leurs réflexions par rapport à cette absence des supporters, comme c'était le cas à Lens mais surtout avant de disputer deux matchs à huis clos ?
Nous ne pouvons que prendre acte des décisions de la Ligue. Nous ne pouvons pas faire autrement que de les accepter. Maintenant, moi je ne conçois pas le foot de cette manière-là. Pour moi, c'est scandaleux de jouer des matchs à huis clos. Les pénalisés sont d'abord les clubs, avec un gros manque à gagner, mais aussi les vrais supporters et les joueurs, car je ne conçois pas le foot sans les supporters. Pour moi, le foot c'est la fête, c'est un spectacle. Après, la vrai question que je me pose c'est est-ce que de faire des matchs à huis clos va régler le problème de la violence dans les stades ? Je ne crois pas.

« Le huis clos c'est atroce »

Avez-vous une solution ?
Mais nous l'avons déjà dit, la solution c'est d'interdire les voyous de stade. Mais la solution ce n'est pas le huis clos. Et cela ne vaut pas que pour Nice ou le PSG. A Grenoble, il y a eu des soucis. A Saint-Etienne aussi. Donc à chaque fois, il y a aura des huis clos. Bien sûr, les clubs acceptent les sanctions, mais c'est dangereux. Je n'ai jamais joué à huis clos personnellement, mais c'est atroce.

Avez-vous craint un moment en ce début d'année sportivement difficile que le groupe lâche complètement ?
Non, je n'ai jamais eu peur, car tous les jours, je travaille avec les joueurs, je les vois et j'ai des entretiens avec eux, collectivement et individuellement. Et, surtout, même si les résultats n'étaient pas là, la manière dont nous avons joué me fait dire que nous avons toujours envie de nous battre. Après, c'est vrai que nous sommes maladroits et que nous commettons souvent des erreurs qui nous sont fatales. Et dès que nous prenons un but, ça devient compliqué. C'est pour ça que la réaction que nous avons eue à Lens était énorme. D'habitude, nous aurions eu tendance à nous écrouler, mais, là, nous avons su relever la tête, c'est une bonne chose.

Que peut espérer le PSG de cette fin de championnat ?
Prendre le plus de points possibles. Les matchs qui arrivent peuvent nous permettre de relever la tête, occuper une meilleure place au classement et donner une meilleure image de notre équipe. Tout cela aussi dans le but de préparer ce quart de finale de Coupe de France contre Auxerre, qui est aujourd'hui une équipe redoutable. Les victoires vont amener de la confiance et cette qualification aussi, j'espère.

Source : Foot365

Kombouaré

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 10 visiteurs en ligne - Remonter