Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Match» Le pronostic de Coupet» Lecture d'une news



Le pronostic de Coupet

Rédigé Le 26 fevrier 2010, 17h27 par Loic

Le gardien de but du PSG Grégory Coupet a donné son pronostic pour le match contre l'OM, dimanche au Parc des Princes. Selon lui, le PSG va l'emporter un but à zéro face à l'OM grâce à une réalisation de Mevlut Erding.

Grégory, tout d'abord, comment allez-vous ?
Ça va super bien, ma rééducation se passe merveilleusement bien. Avec le staff médical, on s'entend très bien, je suis vraiment bien entouré avec un grand docteur, Eric Rolland, qui valide tout. On travaille en confiance et il n'y a rien de rébarbatif, on me propose à chaque fois des exercices différents. J'aurais donc tendance à dire que je m'éclate bien dans ma rééducation.

Oú en êtes-vous exactement ?
On remuscle le mollet, la cuisse, on travaille beaucoup pour gagner en volume et en tonicité. Le plus long est de retrouver cette vitesse d'exécution, donc on franchit les paliers petit à petit.

Vous aviez très bien vécu le moment de la blessure et vous semblez la vivre très bien aujourd'hui encore. Vous n'avez jamais eu de coup de mou ?
Non, parce que la blessure fait partie de la vie d'un footballeur. Et je relativise, parce que ça m'est arrivé à 36 ans. Tu te dis que ça peut être la fin, mais que ce n'est pas la fin du monde. Et puis on m'a dit que ce n'était pas si grave que ça alors on y va, on déplace des montagnes.

« C'est sûr, je serai encore à Paris l'an prochain »

Vous serez donc toujours à Paris la saison prochaine ?
Oui, c'est sûr, j'ai encore un an de contrat et je serai encore là.

Et voir vos copains galérer sur le terrain, ça n'a pas été trop dur ?
Si, bien sûr. Je trépigne d'impatience. Et comme tout le monde, on se pose beaucoup de questions parce que l'effectif est de qualité et qu'on n'arrive pas à l'exprimer régulièrement. Il faudrait qu'on arrive à avoir l'esprit plus compétiteur, à être plus dur les uns envers les autres. On arrive à faire des supers matches, comme contre Lyon, mais on ne gagne pas. C'est là que le bât blesse. On se dit qu'on a une belle équipe mais il nous manque l'esprit de compétiteur, la culture de la gagne. On est contents d'avoir fait une belle performance, mais il faut être plus intransigeant. Quoiqu'il arrive, c'est la gagne qui fait la différence. Il faut penser à gagner, gagner, gagner...

Avez-vous un match précis en tête ?
Oui, celui à Lille (1-3). Il m'a marqué, j'ai été vraiment déçu. On savait que sur le plan collectif et technique, ils étaient meilleurs que nous à ce moment-là. Ils marchaient sur l'eau en plus. Là, il faut se dire «peut-être que vous avez ça pour vous mais nous on va vous faire la guerre». Et on n'a pas eu ça, on est trop gentils.

« Il ne faut penser qu'à la gagne »

Justement, il se dit que l'ambiance est très bonne...
Oui, on s'entend bien, peut-être même trop bien. Il faudrait qu'on sache plus facilement s'engueuler pour se bousculer et ne penser qu'à la gagne.

Il manque aussi une profondeur de banc à Paris, non ?
C'est sûr, et puis on a perdu du monde encore au mercato hivernal. On a perdu en quantité. Mais il y a de la qualité, notamment au niveau des jeunes. Il faut qu'on reste persuadés de nos capacités mais qu'on gagne en rigueur et en qu'on soit plus forts moralement.

Vous n'avez pas non plus été épargné par les blessures...
C'est vrai. On n'a jamais eu l'effectif au complet et disponible en même temps.

Mais ça va un peu mieux depuis trois matches...
Oui, il y a eu deux victoires en Coupe de France (1-0 à Vesoul) et contre Toulouse (1-0) et ça c'est important. Tu gagnes, même s'il n'y a pas la manière, tu gagnes et c'est ce qu'il faut pour la confiance.

« Le clasico ? Moi, j'y crois. On n'a rien à perdre, tout à gagner »

Dimanche, il y a le fameux clasico Paris-Marseille. Comment le sentez-vous ?
J'espère qu'on fera un match de folie dans l'intensité, c'est un sport de contact. Il ne faudra pas se laisser prendre par l'environnement qui sera un peu tendu. Mais moi j'y crois. On va dire que je suis un éternel optimiste mais j'aime bien cette position. On n'a rien à perdre, tout à gagner. Si on fait match nul, on casse la dynamique de Marseille et c'est déjà bien. Et si on gagne, on prend trois points et on voit la fin de saison autrement, on ne se contente pas de finir correctement. Ça peut relancer une dynamique.

Quelle sera la clé d'après vous ?
Il faudra être dur dans les contacts, parce que eux le sont. Et il faudra être bien compact, parce que l'OM a en ce moment une attaque de feu. Ça fait quelques matches qu'on ne prend pas de but, c'est bien, mais on n'est pas à l'abri. Il faudra avoir la trouille pour se transcender. Les équipes françaises ont besoin de cette peur pour aller chercher de nouvelles énergies.

Mais Paris a prouvé cette saison contre Lyon, à l'aller (1-1) comme au retour (1-2), qu'il pouvait rivaliser avec les meilleurs...
Oui, on peut rivaliser même si là il nous manquera Sessegnon et Sakho. Mais on a aussi à se rattraper du match aller (0-1), oú on a fait un non-match et ça on n'a pas le droit. Un clasico, il faut qu'il y ait combat. J'étais excité de faire un clasico, et au bout du compte il ne s'est rien passé, il n'y a rien eu, et j'ai été très déçu, presque triste que ça ne soit que ça. Les derbies Saint-Etienne-Lyon étaient bien plus forts.

« Mon pronostic ? 1-0 pour nous, avec un but de Mev' »

Gabriel Heinze risque de recevoir un accueil difficile. Ça peut le perturber ?
Je ne m'inquiète pas pour lui, c'est un guerrier, expérimenté et il va se régaler. Revenir dans une telle ambiance, c'est motivant, extraordinaire. Moi, je n'ai jamais eu peur des supporters, même si en tant que gardien on est cible des projectiles. Mais les supporters peuvent m'insulter de tous les noms, ce n'est pas un problème.

Un pronostic pour PSG - OM ?
1-0 pour nous, avec un but de Mev' (Erding).

Source : France Foot

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 18 visiteurs en ligne - Remonter