Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Hoarau : «Ne plus revivre ça»» Lecture d'une news



Hoarau : «Ne plus revivre ça»

Rédigé Le 02 janvier 2010, 11h48 par Loic

Victime d’une rupture des ligaments du genou droit, Guillaume Hoarau n'a plus foulé les pelouses de Ligue 1 depuis le 18 octobre dernier. Après de longs mois d'absence, l'attaquant réunionnais se sent prêt à relever les nouveaux défis de cette année.

Comment vous sentez-vous à l’heure de la reprise ?
Je monte en puissance. J’ai de bonnes sensations et chaque jour j’ai atteint les objectifs demandés. Je me suis arrêté les 24 et 25 décembre. Le 26, j’ai fait une séance et deux par jour ensuite. J’ai la haine de la période que je viens de vivre. Je revis maintenant.

Comment avez-vous réagi après votre blessure au genou droit contractée à Toulouse le 18 octobre 2009 ?
Sur le coup, ça a été dur, j’avais les boules. Ensuite, ça s’est transformé en frustration, car mes coéquipiers jouaient alors que moi j’étais impuissant et inutile. Au total, en 2009, j’ai été absent des terrains presque six mois (NDLR : de mai, sa première blessure, à fin août, puis d’octobre à aujourd’hui). Le moment le plus dur a été ma rechute, je me suis dit : « Ça s’enchaîne. » Même si je suis optimiste, j’ai cru que j’avais la poisse. Après, je ne suis pas du genre à faire la gueule bien longtemps, je ne peux pas tenir plus de deux jours (sourire) .

Aujourd’hui, dans quel état d’esprit êtes-vous ?
Il paraît que ça rend plus fort, ce genre d’expérience. Aujourd’hui, je veux montrer ce que je sais faire. J’ai faim, je veux revenir meilleur et tirer mes partenaires vers le haut.

Vous avez retrouvé le moral…
Oui. J’aurais pu faire ma rééducation aill eurs, mais j’ai préféré rester au camp des Loges. Ça a été un avantage d’être auprès des gens du club. Je remercie les kinés, le préparateur physique et le médecin qui se sont occupés de moi pendant la trêve alors qu’ils auraient pu profiter de ces vacances. On s’est donné mutuellement le sourire et on est en passe d’atteindre les objectifs que l’on s’est fixés.

Quels sont-ils ?
Terminer la saison à une place européenne pour l’équipe et participer au stage de La Baule, puis rejouer en janvier pour moi.

Rester aux côtés de vos partenaires a été un élément important de votre rééducation ?
Certains me chambraient en me demandant quand je revenais ou si je restais encore en vacances. J’avais besoin d’être près d’eux. On a démarré une histoire ensemble, j’aurais aimé écrire celle de ces six derniers mois avec eux. Maintenant, ça touche à sa fin. Je ne veux plus revivre ça, même si la blessure fait partie de la vie du footballeur. Je sais que je ne suis pas le seul blessé longue durée. Ce n’est pas un soulagement, mais ça permet de relativiser.

Vous faites référence à la blessure de Coupet ?
Je me suis inspiré de Grégory. Quand on voit comment il vit la chose, ça aide.

Vos blessures à répétition cette saison sont-elles dues à votre intense année précédente ?
Je ne sais pas. J’ai sûrement commis des erreurs. Comme partir à Barcelone avec des coéquipiers quatre jours avant un match important… Ma blessure est certes arrivée trois jours après ce voyage à Barcelone, mais là-bas j’ai regardé un match assis au stade et j’ai voyagé en avion. Ça n’a rien à voir. Je connais mon corps. L’an passé, parfois, j’en faisais peut-être un peu trop par rapport à mes capacités.

Pendant votre absence, avez-vous parfois rêvé que vous marquiez ?
Oui, j’ai eu des flashs de buts ou d’actions. J’ai regardé quelques DVD de la saison dernière, mais je n’aime pas le passé.

Comment avez-vous vécu la première partie de saison du PSG ?
On est tous dans le même bateau. On a vécu six mois de frustration et de regrets. Mes partenaires ont pu profiter de cette trêve pour décompresser et revenir à bloc pour la seconde partie de saison. On est passé à côté de plein de trucs, mais il ne faut pas vivre avec des regrets. Ça ne mène à rien.

Votre ami Edel a été au coeur d’une polémique, qu’en avez-vous pensé ?
Je ne lui en ai pas parlé, cela aurait été lui manquer de respect. Cette histoire est absurde, je n’y crois pas une seconde. Ces polémiques sur l’âge, c’est courant avec les Africains. Là, pas de chance, ça tombe sur Edel, comme par hasard au moment oú il est titulaire au PSG. Il vaut mieux que la personne qui a lancé cette affaire ne vienne pas au camp des Loges…

Que peut-on vous souhaiter pour 2010 ?
La santé et rien d’autre. L’année 2009 est terminée, tant mieux. J’attendais 2010 avec impatience.

Source : Le Parisien

Hoarau

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 24 visiteurs en ligne - Remonter