Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Hoarau : "J'ai besoin de marquer"» Lecture d'une news



Hoarau : "J'ai besoin de marquer"

Rédigé Le 19 septembre 2009, 15h02 par Loic

L'attaquant parisien Guillaume Hoarau avoue qu'il a besoin de marquer pour faire tomber la pression. A la veille d'affronter Lyon au Parc, le Réunionnais s'est confié au Parisien.

Votre début de saison a été délicat à cause de votre blessure aux adducteurs. Avez-vous douté ?
J’ai toujours été bien entouré dans cette période-là. C’est un peu compliqué à vivre. Tout le monde joue et, moi, je suis en retrait. C’est une autre étape de ma carrière qui me permet de mieux relativiser. Ce que j’avais vécu au Havre (NDLR : en 2006-2007, il n’a joué que 5 matchs) m’avait déjà aguerri. Je n’avais jamais connu une période aussi longue et délicate. Mais cela peut m’aider : quand on en ressort, on est gonflé à bloc.

Y a-t-il encore un risque de rechute ?
Le risque zéro n’existe pas et c’est une région du corps assez fragile pour un footballeur. Mais je ne calcule pas mes efforts, même si je n’ai pas retrouvé toutes mes sensations. En tout cas, je ne ressens plus de douleurs. A un moment, j’étais impatient, peut-être trop, de reprendre. Et le fait que l’équipe tourne bien m’a permis de prendre mon temps.

Avez-vous craint de perdre votre place de titulaire ?
Je n’irais pas jusque-là. Mais, l’an dernier, j’ai gagné rapidement la confiance de tout le monde. Je me suis juste dit que la concurrence allait être plus rude cette année. Je m’y attendais de toute façon avec le nouveau coach. En tout cas, je suis content qu’on ait autant de force devant. L’an dernier, on disait trop que l’équipe dépendait de moi. C’était gênant pour tout le monde.

Avez-vous l’impression d’avoir changé ?
La saison passée, j’étais arrivé avec insouciance et naïveté. J’ai découvert pas mal de choses. Le téléphone sonne souvent. J’ai appris à me protéger, je me suis un peu renfermé sur moi-même. En fait, je suis devenu un peu plus méfiant. Le monde du foot est assez spécial. Je ne donne pas ma confiance à n’importe qui. Du Havre à Paris, tout a pris de l’ampleur autour de moi. J’essaie de rester dans le même monde qu’avant : tranquille et pas embêté. Ce qui a fait ma force l’an dernier, c’était le travail et l’humilité. Je veux garder ça.

Attendez-vous avec impatience votre premier but ?
Ce n’est pas une obsession, mais je pense qu’il sera libérateur. C’est comme cela que je tournerai définitivement la page de ma blessure. Les gens me demandent sans arrêt : « Comment va la blessure ? » J’ai besoin d’un but pour qu’on passe à autre chose.

Lyon vous a contacté cet été. Auriez-vous pu partir ?
C’est du passé. Il y a eu des discussions. Je me posais quelques questions et j’avais besoin d’entendre et d’écouter certaines choses. Mais tout cela n’existe plus : comme pour ma blessure, j’ai tourné la page.

Source : Le Parisien

Hoarau

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 14 visiteurs en ligne - Remonter