Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» UEFA» Sessegnon : «On peut y croire »» Lecture d'une news



Sessegnon : «On peut y croire »

Rédigé Le 10 avril 2009, 11h11 par Loic

Malgré quelques occasions ratées hier soir, l’attaquant Béninois Stéphane Sessegnon reste optimiste pour la qualification en Ukraine la semaine prochaine.

Ce match nul est-il une déception ?
Forcément, je suis un peu amer. On a poussé jusqu’au bout mais nous sommes tombés sur une équipe ukrainienne qui a beaucoup d’expérience et qui a su gérer son match. Cela se voyait : elle respectait parfaitement les consignes qu’elle avait reçues. Mais ce 0-0 n’est pas une catastrophe : cela va obliger le Dynamo à attaquer davantage au match retour et donc à laisser des espaces.

Etes-vous optimiste ?
On a démontré au tour précédent à Braga qu’un 0-0 à l’aller chez nous n’empêchait pas de se qualifier. C’est en Ukraine qu’on verra si le Dynamo est plus fort que Braga. Mais on peut y croire si on conserve notre mentalité actuelle qui consiste à ne jamais relâcher nos efforts même quand on ne réussit pas à marquer.

La perspective d’affronter Lille dimanche a-t-elle pesé dans les têtes parisiennes ?
Je ne crois pas, même si ce sera un match extrêmement important pour la suite du championnat. Mais contre Kiev, je vous assure qu’il y avait 100 % de motivation. Le nul s’est joué sur un manque de réussite. Pas sur autre chose.

Que se passe-t-il quand vous partez seul au but à la 58e minute ?
En fait, je me dis que je vais frapper. Puis je vois revenir très vite un défenseur. Alors je change d’idée et je décide de tenter un crochet. Et je le rate. Voila. C’est dommage. J’aurais dû être plus vif. J’ai vraiment manqué de lucidité sur ce coup-là. Je m’en excuse auprès de tous.

« Mes tresses ? Oui, c’est un pari »

Vous avez beaucoup permuté de droite à gauche. Etait-ce une consigne ?
A un moment donné, j’ai vu que le défenseur qui me marquait quand j’évoluais côté droit ne me laissait pas beaucoup d’espaces. Dans ce cas, il n’y avait plus qu’à tenter la sur- prise en essayant de déstabiliser l’autre défenseur latéral. Avec Jérôme Rothen, on a bien senti ce coup-là. Et cela s’est fait sans problème. Malheureusement, cela n’a pas suffi non plus.

Pour l’anecdote, vous avez arboré une nouvelle coupe de cheveux avec des tresses. Etait-ce un pari ?
(Rires.) Oui, c’est un pari. En fait, j’ai cédé à une demande de mes enfants. Je leur ai proposé de porter des tresses et ils ne voulaient pas… à moins que papa ne montre l’exemple. Alors je l’ai fait !

Source : Le Parisien

Sessegnon

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 9 visiteurs en ligne - Remonter