Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Landreau : «On est encore dans la course»» Lecture d'une news



Landreau : «On est encore dans la course»

Rédigé Le 16 mars 2009, 20h18 par Loic

Au lendemain de la défaite contre l'OM, Mickaël Landreau était affecté par la défaite mais reste confiant pour la suite de la saison.

Mickaël Landreau, quel sentiment prédomine après cette défaite face à Paris ?
C'est une grosse déception, bien sûr. C'était un match qui rassemblait tellement de choses et tous les feux étaient au vert… C'est vraiment une grosse déception. Mais discuter la victoire de Marseille, ce n'est pas possible. Il va falloir rebondir après ce match, car il y a quelques mois si on nous avait dit qu'on allait être à un seul point de Lyon à dix journées de la fin, on aurait signé. Même si on est quand même abattus ce soir (ndlr : dimanche).

La défaite de Lyon un peu plus tôt dans la journée vous a-t-elle fait gamberger ?
Lorsqu'on prépare un Paris-Marseille dans un tel contexte, un élément de plus ou de moins ne change pas grand-chose. Lors de la première demi-heure nous avons quand même été solides alors que nous avons souffert. Après, nous prenons une double sanction heureuse pour Marseille avec Baky Koné qui a ensuite la chance de marquer.

Selon vous, y-avait-il carton rouge pour Zoumana Camara ?
Je pense qu'il y a faute. Après, pour savoir s'il est dernier défenseur, ça va trop vite. Il ne faut pas parler de l'arbitre. Sur notre égalisation, il y a un très bon jugement arbitral. On n'a rien à dire sur l'arbitrage, car on ne discute pas cette victoire. On sait ce que pouvait nous apporter cette rencontre, mais on doit se relever et faire une fin de saison passionnante. On est encore dans la course.

Le fait de vous dire que même avec une défaite vous seriez encore dans la course, a-t-il joué en votre défaveur ?
Quand on perd on peut trouver plein d'excuses. C'était un Clasico avec beaucoup de pression autour, mais on a perdu, c'est tout. Tout était réuni pour qu'on passe une étape. On a encore beaucoup de travail pour gérer ce genre de rendez-vous. Il faut emmagasiner de l'expérience. A l'image de notre claque à Bordeaux, qui nous avait ensuite servi à rebondir. Même si aujourd'hui on est amers.

Vous dites qu'avant le match, tous les feux étaient au vert. Sont-ils passés à l'orange ?
Je dis ça parce que depuis des années, le club attendait un tel challenge. Je pense que Stéphane Sessegnon nous a manqué. Il faut qu'on soit au complet pour pouvoir rivaliser à long terme. On s'en est pas mal sortis jusqu'à présent. De notre côté, nous n'avons jamais revendiqué pouvoir aller chercher Lyon. Il va y avoir encore des étapes et des cols à franchir. Nous restons cependant encore dans la course pour le sprint final.

Comment expliquez-vous que vous n'ayez pas réussi à jouer aussi libéré qu'à l'habitude ?
Nous avons joué un match oú le niveau des équipes était très proche. Les matchs avec des confrontations directes vont se jouer sur pas grand-chose. Marseille a eu la réussite, et a été la chercher, et c'est pour ça que j'ai dit que nous ne remettions pas en cause la victoire de l'OM. De notre côté, je pense qu'on était dans le match. Ensuite, à dix et à 2-1, c'était tout de même difficile. C'est un peu sévère de dire qu'on n'était pas libérés et qu'on n'a pas joué le match.

Le manque de profondeur de banc vous inquiète-t-il ?
Ce serait quand même incroyable qu'on s'inquiète alors qu'on est deuxièmes ex-æquo du championnat et qu'on est encore en course en Coupe de l'UEFA. Alors peut-être qu'il nous manque des choses par rapport à des équipes comme Lyon, Marseille ou Bordeaux. On en a conscience. Maintenant on va chèrement défendre notre peau avec les moyens qu'on a. On doit repartir de l'avant et être de nouveau très solidaires. Il y a 30 points en jeu et les choses peuvent aller encore très vite dans tous les sens.

Pensez-vous que Lyon ne sera pas sacré champion ?
On ne peut pas le dire aujourd'hui. Chaque équipe montre des choses positives et négatives. Lyon est dans ce cas. Alors peut-être qu'ils montrent moins de force aujourd'hui. Les équipes peuvent plus leur prendre de points qu'avant. La lutte va être acharnée. A un moment donné, on nous a condamnés, on a condamné Marseille, on a condamné Bordeaux… Il ne faut pas oublier Lille, Toulouse et Rennes qui sont aussi dans la course. C'est un championnat qui peut proposer beaucoup de surprises. Ça fait du bien au championnat de France qui est souvent décrié. Mais quand on voit les autres championnats, il n'y a pas ça.

Source : Foot365

Landreau

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 22 visiteurs en ligne - Remonter