Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Grande Interview de Péguy Luyindula» Lecture d'une news



Grande Interview de Péguy Luyindula

Rédigé Le 23 janvier 2009, 13h50 par Pascal

Intérrogé par France Football, Péguy Luyindula auteur d'une bonne première partie de saison, évoque la situation actuelle de Paris et la sienne.

Peguy, comment percevez-vous toutes les turbulences qui agitent actuellement le PSG en haut lieu ?
"Plus grand chose ne me surprend à Paris. On ne va pas dire que je suis un habitué, mais plutot conditionné. Je sais maintenant que tout peut arrivé au PSG.

Mais après la crise sportive des deux dernières saisons et alors que tout semblait rouler cette guérilla entre dirigents peut interpeller...
Avec mon regard de joueur, j'ai surtout été surpris par la brutalité des événements. Tout ça est arrivé d'un coup, alors que les feux sont plutot aux verts sur le terrain. Nous les joueurs ne sommes pas trop au courant de ce qui se passe. Mais même dans les périodes oú l'on était moins bien sportivement, il y a eu des remous entre les cessions de parts de Butlers oú le départ de Caysac. A Paris, il y a toujours des vagues. Le PSG est un club à part.

Craignez-vous être parasité par cette guerre des chefs ?
Il faut rester en dehors de tout ça même si certain savent ce qu'ils doivent à Charles Villeneuve. Moi j'avais de bonnes relations avec lui, comme la plupart des joueurs de l'effectif. Mais on est là pour jouer et gagner.

Le PSG est toujours en course sur 4 tableaux avec des objectifs èlevés. Ce n'était pas le cas la saison passée. Comment expliquez-vous ce redressement ?
Les rôles sont mieux répartis. Il existe une cohérence dans le vestiaire qu'il n'y avait pas avant. Les choses se sont remises à l'endroit. Les anciens jouent les guident inspirent le respect et les jeunes suivent. L'année dernière c'était plus compliqué. Les jeunes avaient pris un peu le dessus en jouant souvent à une période, et cette situation avait fragilisé les anciens. Il n'y avait plus de hierarchie. Les repères s'étaient évanouis.

Il y a donc eu une reprise en main du vestiaire avec les anciens...
Claude Makélélé, Ludovic Guily ont eu un rôle indéniable à ce niveau surtout après le départ de Yepes et Pauleta. Il y avait un vestiaire à recontruire. Ils l'ont fait avec un caractère et une aura différents. Chacun a retrouvé une position qui lui correspond mieux.

Personnellement vous revenez aussi au premier plan. Contre Sochaux vous êtes sorti sous les applaudissements du Parc après avoir inscris le but de la victoire (2-1). La saison passé ce n'était pas souvent le cas.
C'est sûr que je préfère cette attitude, mais à vrai dire, je suis toujours resté relativement insensible aux manifestations hostiles du public. J'ai toujours bien pris les sifflets car j'ai le sentiment qu'on tape beaucoup plus sur les gens de qualités que sur les médiocres. Si on me sifflait, c'est parce qu'on attendait beaucoup de moi. Au fond d'eux-mêmes, les supporters savaient ce dont j'étais capables. Ils étaient frustrés de ne pas me voir au niveau que j'avais à Lyon. A partir de là, j'ai mené une guerre solitaire. Je savais que personne n'allait m'aider à revenir.

Avez-vous retrouvé votre meilleur niveau aujourd'hui ?
Je le pense. Mais si je n'étais pas bien, c'ést également parce que j'ai manqué de confiance extérieure et de compétition. L'année dernière j'ai joué par intermittence. Notre jeu était aussi beaucoup plus compliqué, moins cohérent.

Avez-vous l'impression d'être encore considéré comme un troisième ou quatrième choix en attaque derrière Hoarau, Guily voire Kezman?
Je suis perçu différemmment qu'en début de saison. J'ai réussi le tour de force de m'imposer alors que partais de très très loin. Mais ce retour est logique. J'ai trimé dans l'ombre et ce travail paye. Aujourd'hui, j'ai beaucoup plus de poids dans l'équipe qu'au mois d'août. En toute modestie, je pense que peu de joueurs possèdent une capacité de rebond et d'adaptation comme la mienne. Beaucoup aurait coulé à ma place. Moi, je n'ai jamais renoncé! Si je suis resté l'été dernier c'est parce que je savais que j'étais capable de reprendre ma place. Parfois, j'ai peut-être été trop collectif et pas assez égoïste. Par moments, j'aurais du davantage forcer ma nature oú changer mon jeu. Mais ce tempérament vient aussi de ce que j'ai connu à Lyon. A mon époque à l'OL, c'est la force du collectif qui nous faisait gagner. A Paris ou à Marseille, vous avez beau vous sacrifier pour l'équipe, tout le monde s'en fout! On ne regarde que les buts et les statistiques. Surtout quand on joue en attaque.

Y-a t-il des différences de statuts au PSG ?
Il ne faut pas jouer des faux culs! En début de saison on ne part pas tous sur un même pied d'égalité. Il y en a pour lesquels on est plus tolérant et d'autres qui n'ont pas le droit à l'erreur. Tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Certain vont payer cash un mauvais match alors que d'autres ont plus de marge.

Comment voyez-vous l'éclosion de Guillaume Hoarau ?
Guillaume est bien dans sa peau, dans sa tête et dans son jeu. Dans les moments difficiles, il a pu compter sur sa force. Il n'a pas changé son jeu. Devant le but il est adroit et très impressionnant. Il va devenir un grand attaquant.

Le Mercato hivernal ferme dans une grosse semaine. Serez-vous encore parisien le 1er février?
Je ne sais pas ce qui peut se passer... Avec Charles Villeneuve, nous étions en discussion pour une prolongation. Maintenant l'interlocuteur risque changer. En restant en août dernier, j'ai montré mon attachement au PSG. Il serait donc illogique que je me batte pour partir aujourd'hui. La seul chose que je ferait agir de la sorte est de sentir qu'il y a deux poids deux mesures dans ce club.

C'est-à-dire ?
Quand je suis arrivé (en janvier 2007 avec un contrat jusqu'en 2010), j'ai fait de gros efforts financiers. Le club n'avait pas la capacité économique de me donner ce que j'avais auparavant. Jérémy Clément a fourni les mêmes efforts à ce moment. Depuis il a prolongé. Sa situation est redevnu normal. A l'été 2007, Armand et Rothen, ont aussi connu une bonne réévaluation salariale.
Ensuite il y a eu d'autres grosses recrues. On est donc plus dans la politique salariale qu'on m'avait présentée et pour laquelle j'ai accepté de faire des concessions. Maintenant j'aimerais qu'on me reconsidère à ma juste valeur.

Et si ce n'est pas le cas ?
On avisera. Pour l'instant ma priorité est à Paris.

Pour le PSG, a quoi ressemblerait une saison réussie ?
Dans les six premiers, ce serait bien. Sur le podium, ce serait exceptionnel. Et avec une petite Coupe, ce serait parfait.

Laquelle
Comme j'ai déjà gagné la Coupe de France, et celle de la Ligue, j'ai un petit faible pour celle de l'UEFA.

Et individuellement, quel est votre objectif ?
Atteindre les quinze buts toutes compétitions confondues."

Péguy Luyindula

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 15 visiteurs en ligne - Remonter