Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Pancrate : «Paris est ma priorité»» Lecture d'une news



Pancrate : «Paris est ma priorité»

Rédigé Le 16 janvier 2009, 18h41 par Loic

Bien qu'il ne soit pas régulièrement titulaire, Fabrice Pancrate a su regagner la confiance de Paul Le Guen, au point de vouloir signer une prolongation de contrat avec le Paris SG.

Fabrice Pancrate, vous aviez quitté le PSG l’an dernier, prêté à Sochaux en raison du manque de confiance de Paul Le Guen. Et vous retrouve cette année dans les plans de votre entraîneur…
Il y a eu une période oú j’ai eu besoin de m’évader parce que je n’avais pas de temps de jeu. J’étais dans un environnement qui n’était ni bon pour moi, ni pour le club. Les déboires qui ont eu lieu contre Tel-Aviv en Coupe d’Europe m’avaient affecté et j’ai eu envie de prendre l’air. Je suis donc parti six mois en prêt à Sochaux. Cela m’a fait du bien. C’était une bouffée d’air frais pour pouvoir mieux revenir à Paris. Et je n’avais rien à perdre. A mon retour, je me suis entraîné avec sérieux et cela a fait évoluer l’opinion des dirigeants à mon égard.

Avez-vous senti ce changement vis-à-vis de Paul Le Guen ?
Oui, c’était crescendo. Je sentais que les choses évoluaient en bien et surtout qu’on louait mon travail apporté au cours de la préparation. Je n’ai pas eu de baisse de forme. Cela n’a fait que confirmer ce que les dirigeants pensaient de moi par la suite.

Avez-vous songé à un éventuel départ à votre retour de prêt de Sochaux ?
Ce n’était pas prévu comme ça. J’avais eu un entretien avec l’entraîneur lors de la reprise. Il m’avait dit qu’il ne s’opposerait pas à mon départ si j’avais quelque chose de concret car je n’entrais pas dans ses plans. Mais tout a tourné en ma faveur : j’avais peu de pistes, je travaillais bien aux entraînements et certains joueurs ne sont pas arrivés, comme Briand. Du coup, je suis resté dans le groupe.

Est-ce devenu plus facile psychologiquement ?
Je suis un joueur qui ne se pose pas trop de questions. Je ne me prends pas trop la tête. Je suis dans un autre état d’esprit qu’avant. Je joue au football et il y a des choses bien plus difficiles dans la vie. Quand j’entrais sur le terrain, je n’avais qu’une seule chose en tête : tout donner pour l’équipe. Je faisais abstraction des avis des uns des autres, des sifflets du début de saison… Ça ne m’a pas affecté. Au contraire, j’étais tranquille et serein. Ça se voyait sur le terrain. Certains ont changé d’avis et ils m’encouragent. Ça fait plaisir.

« Une osmose dans le vestiaire »

On a l’impression qu’il y a une ambiance positive dans le groupe parisien cette saison…
C’est vrai que dès le début de saison, on sentait qu’il y avait une osmose dans le vestiaire avec l’arrivée de Claude (Makelele) et Ludo (Giuly). Le groupe vivait différemment malgré les résultats. On rigolait, on se chambrait. Il n’y avait pas d’appréhensions par rapport à ce qui nous attendait. L’amalgame entre les jeunes et les anciens a fait que ça a bonifié la vie du groupe. Les anciens on apporté leur expérience du très haut niveau. On sentait que s’il y avait un truc à faire, c’était cette année. On ne savait pas qu’on allait être à cette place aujourd’hui. Maintenant, il ne faut pas griller les étapes car rien n’est fini. Mais nous ne sommes pas surpris de cette première partie de saison.

Du coup, avec ces bons résultats, auriez-vous été déçu d’avoir quitté le PSG ?
C’est clair. On ne pense plus à partir car plus que jamais, s’il y a un truc à faire à Paris, c’est le moment. Il ne faut pas se voiler la face : si on veut faire quelque chose, c’est cette année. En fin de saison, je suis en fin de contrat donc je ne sais pas si je serai là pour la suite. Un joueur ne maîtrise pas tout. On discute mais avec le contexte économique, les actionnaires hésitent. Je sais que pour ma part, je suis à fond avec le PSG pour démarrer cette deuxième partie de saison. Après, arrivera ce qui arrivera. Mais en tous cas, je défendrai les couleurs du club de mon mieux.

Donc si Paris vous propose un contrat qui tient la route, vous resterez au PSG ?
Si on s’entend sur un contrat qui me satisfait et satisfait le club, je continuerai. C’est ma priorité par rapport aux autres contacts que je suis susceptible d’avoir. Le club sait ce qu’il a à faire.

« Ma priorité, c’est Paris »

Vous parliez de crise. Cela rend-il les transferts beaucoup plus complexes ?
Oui, c’est plus complexe. On voit toujours l’aspect football. Mais il faut bien se rendre compte que l’aspect économique joue beaucoup dans un club. Aujourd’hui, heureusement que les résultats sont là car cela permet au club d’attirer peut-être d’autres sponsors et investisseurs pour l’année prochaine.

Les négociations pour votre prolongation de contrat traînent-elles ?
Non. Verbalement, on parle depuis début août. Mais concrètement, nous n’avons démarré les discussions que depuis une semaine. Ça ne traîne pas.

Si les négociations venaient à s’éterniser, est-ce que les noms de Hull ou Everton auraient plus de résonance dans votre tête ?
On ne sait pas si ce sont de vrais contacts. Ce sont des clubs qui sont venus me voir jouer mais tout le monde peut venir te voir jouer. Concrètement, ce sont des choses qui sont vraiment grossies. Je ne peux pas avoir d’avis sur le futur car je n’ai pas approfondi ces pistes-là. Je sais qu’ils sont venus me voir jouer et qu’ils ont un avis favorable à mon sujet.

Vous ne faîtes donc pas d’un départ à l’étranger une priorité ?
Aujourd’hui, ma priorité est Paris. J’ai connu des saisons difficiles et ça serait idiot de ma part de manquer ce qui est possible de prendre ici. A la fin de saison, je ne sais pas… Au 31 janvier, je ne sais pas non plus. C’est complexe. Je sais que je suis à 100% au PSG mais le reste, je ne maîtrise pas. Mais ça ne trotte pas dans ma tête. Je n’ai pas envie de gamberger. Je fais mes matchs et tout ce qu’il y a à prendre, il faut le prendre.

Source : Mercato365

Pancrate

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 20 visiteurs en ligne - Remonter