Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Match» Blanc : «Faire mal à l'adversaire»» Lecture d'une news



Blanc : «Faire mal à l'adversaire»

Rédigé Le 11 janvier 2009, 12h50 par Loic

A quelques heures d'affronter le PSG, l'entraîneur Bordelais Laurent Blanc s'est exprimé sur le site internet Foot365.

Laurent Blanc, les conditions climatiques actuelles vous handicapent-elles ?
Vous pouvez voir que les terrains sont gelés. Mais dites vous bien que nous sommes encore dans de bonnes dispositions par rapport à bon nombre de clubs. Mais bon, c'est le moi de janvier et c'est normal en cette période de l'année que les conditions climatiques soient difficiles.

Est-ce que cela a changé quelque chose dans votre préparation ?
Non, notre programme n'a pas trop été bouleversé. Le seul problème, c'est que les Sud-Américains ont été bloqués à Paris et qu'ils ont loupé un entraînement important. On a essayé de préparer la semaine le mieux possible, même si on a été obligé d'utiliser le terrain synthétique. On a pu faire le programme qui était prévu.

Est-ce que cela peut avoir un impact dimanche soir face au PSG ?
Je n'en sais rien. La seule chose que je sais, c'est que cela peut handicaper au niveau du développement du jeu. C'est de la loterie quand le terrain est gelé. J'émets le souhait que notre terrain ne soit pas gelé dimanche soir pour que l'on puisse jouer au football, tout simplement. J'ai vu certains matchs en Coupe de France : ce n'était plus des matchs de football mais plutôt des matchs de hockey.

Paris est-il un concurrent direct ?
C'est un concurrent potentiel pour les trois premières places. On était allé chez eux en début de saison avec beaucoup d'ambition. Au niveau du contenu, notre match était très bon mais on s'était contenté de garder le ballon sans vouloir vraiment faire mal à l'adversaire. On ne méritait pas de perdre ce match. Mais depuis, ce n'est plus le même Paris que celui qui nous avons affronté lors de la deuxième journée. Ils ont trouvé une stabilité qui leur permet d'être un candidat sérieux aux trois premières places.

Quelles sont leurs clés ?
C'est un peu tout. D'abord leur entraîneur (ndlr : Paul Le Guen). Avec les joueurs pris à l'intersaison, il a montré ses qualités. Ils ont trouvé un équilibre sur le terrain qui leur permet de faire des résultats chez eux comme à l'extérieur. C'est Paris... Un club qui se doit d'avoir un grand standing et je crois qu'actuellement, ils sont en train de vivre une saison en rapport avec leurs moyens et en rapport avec ce que doit offrir un club comme Paris.

« Chamakh et Hoarau sont le même type de joueur »

C'est une équipe qui aime laisser le ballon à l'adversaire. Craignez-vous ce scénario ?
Non, je ne crains pas ça. Si une équipe veut nous laisser le ballon, je suis content. Car c'est ce qu'on souhaite : on aime avoir le ballon. J'estime qu'on a une équipe qui aime avoir le ballon dans les pieds et quand vous l'avez, vous ne courrez pas après. Si l'adversaire nous le donne autant que lors de la phase aller, je suis preneur.

Votre équipe doit-elle encore en faire plus pour faire mal à l'adversaire ?
Oui. C'est pour ça que j'ai dit que Bordeaux m'agaçait. C'est dans ce sens-là. Pour les supporters de Bordeaux qui voient leur équipe dominer mais ne pas marquer, je comprends que ça puisse être frustrant et agaçant. C'est exactement la même chose pour moi. Cela ne veut pas dire que je n'aime pas mes joueurs. C'est un peu comme un père avec ses enfants. Parfois, ils peuvent vous agacer mais vous les adorez toujours. Quand on voit qu'on a maîtrisé des matchs comme à Nancy ou à Paris et qu'on ne prend aucun point, il y a de quoi être très déçu. Quand on voit ce que fait Lyon lors de matchs oú ils ne méritent pas de perdre, eh bien ils ne perdent pas, tout simplement. Ils prennent au moins un point et c'est ce qui fait la différence. Il faut maîtriser les matchs autant que lors de la première partie de saison. Mais qu'on fasse davantage mal à l'adversaire.

Quelle sont les recettes pour cela ?
Il faut se projeter plus vers l'avant, avec la volonté de concrétiser la maîtrise du match pour jouer dans la cour des grands.

Ce match contre Paris sera-t-il un tournant ou juste une étape ?
Quand on voit la saison dernière, on peut s'apercevoir que les matchs face aux concurrents directs ont eu un impact considérable sur le résultat final du championnat. Je vous dirais que l'année dernière, si on avait gagné au moins un match face à Lyon, on aurait été champion. Alors, lorsque l'on a un adversaire comme Paris qui se présente à Chaban-Delmas et qu'on sait que sur les deux confrontations, on en a perdu une, on sait ce qu'il reste à faire au match retour.

Que pensez-vous de Guillaume Hoarau ?
C'est le type de joueur qui sera un buteur. Il pourra jouer dans n'importe quelle division, il marquera des buts. C'est un grand joueur par la taille, qui bouge bien, et qui abat du travail défensif également. Je peux vous dire que ce genre de joueur fait énormément de bien à l'équipe. Mais on a le même type de joueur en la personne de Marouane Chamakh

Source : Foot365

Bordeaux

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 17 visiteurs en ligne - Remonter