Chargement...


Les conseils de Kombouaré aux Français du PSG

Rédigé Le 17 avril 2013, 11h53 par Loic

Actuellement sans club, Antoine Kombouaré a conseillé aux joueurs français du PSG de ne pas se plaindre et d'attendre la fin de la saison avant d'éventuellement demander à partir.

Libre de s’engager oú il le souhaite après une expérience en Arabie Saoudite à Al-Hilal, qui s’est achevée après seulement sept mois, Antoine Kombouaré affirme ne pas garder de rancœur de son licenciement du banc du PSG pour mettre en place Carlo Ancelotti : « On ne m’a pas privé d’un titre parce que je savais, depuis le début, que je ne faisais pas partie du projet, a affirmé l’ancien joueur du club de la Capitale dans L’Equipe. Ce n’était qu’une question de temps. Mes relations de travail avec Leonardo (le directeur sportif) étaient très fraîches. Je ne me plains pas, attention ! Je n’ai pas de regrets parce que je sentais qu’on n’avait pas confiance en moi. J’ai dit aux joueurs : "A tout moment, je peux être viré mais je veux être viré le plus haut possible" ».

Et c'est fin décembre, à la trêve hivernale, lorsqu'il était leader de Ligue 1, qu'il a été mis de côté par les dirigeants parisiens. « Je garde des liens affectifs. Paris, c’est mon club. Je l’adore et je suis très fier de le voir jouer la Ligue des Champions. On est parti pour être champion de France ». Pas de rancœur non plus envers son successeur : « La logique serait qu’Ancelotti reste, au vu des résultats ».

Kombouaré a également profité de cette sortie médiatique pour évoquer le cas de ses compatriotes tricolores (Clément Chantôme, Jérémy Ménez, Kevin Gameiro, Mamadou Sakho), qui semblent être mis de côté au fur à mesure des arrivées lors des différents Mercato. « Je comprends leur frustration ou leur sentiment d’injustice mais je n’approuve pas leur comportement, a tempéré le Kanak. Ils ont signé un contrat et doivent respecter les choix de l’entraîneur. A la fin de la saison, ils auront tout loisir d’aller voir le club pour demander à partir. Mais avant, c’est inadmissible. Je condamne ça ».

Antoine Kombouaré a également répondu à une question sur Ménez, qui avait « une attitude de petit con » selon lui. « Ménez, je l’aime ce gamin, je sais qu’il est doué, s’est-il expliqué avant de poursuivre son éloge. C’est l’un des plus grands attaquants que j’ai coachés. Il a les qualités pour jouer à la place de d'Ezequiel Lavezzi ou de Javier Pastore. Mais je comprends Ancelotti quand il se dit que Ménez peut lui tuer son match à cause de problèmes comportementaux. Parce qu’il traîne des pieds, parce qu’il a une attitude, parfois, de petit "branleur". Mais je le dis affectueusement », tempère son ancien coach. « Si j’étais là, je le lui dirais de la même manière : "Arrête de faire chier ton monde avec ton désarroi ! Tu es un super joueur, tu gagnes bien ta vie, tu es en équipe de France". Le très haut niveau ne pardonne pas ces problèmes d’attitude ».

Kombouaré

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 9 visiteurs en ligne - Remonter