Chargement...

[Plan du site] Vous êtes ici : Accueil» Actualité» Club» Tapie : «Il faut se calmer avec le PSG»» Lecture d'une news



Tapie : «Il faut se calmer avec le PSG»

Rédigé Le 28 aout 2012, 13h27 par Loic

L’ancien président marseillais (1986 à 1994) Bernard Tapie n’est pas étonné du départ manqué du PSG. Pour lui, le club a surtout besoin de temps…

Etes-vos surpris par le début de saison cahotant du PSG ?

Non. Je suis surpris que beaucoup aient confondu le vrai palmarès des joueurs parisiens avec le prix de leur transfert. Soyons sérieux, combien y a-t-il de joueurs de classe mondiale dans cette équipe? Deux avec Ibrahimovic et Thiago Silva. Le reste, ce n’est pas du même niveau. Pastore n’est pas titulaire avec l’Argentine. Le Brésil ne veut pas de Nene. Il faut se calmer avec le PSG. Ce n’est pas encore le Real Madrid !

Quel est son vrai niveau alors ?
C’est la meilleure équipe de la Ligue 1. Mais il ne suffit pas de le dire pour qu’elle gagne tous ses matchs. J’ai lu des trucs incroyables sur le PSG, oú le seul suspense consistait à savoir combien de points d’avance il aurait sur le deuxième. Le foot, cela ne marche pas ainsi. Il faut du temps. Il y a quelques années, lors de matchs de gala, des sélections affrontaient « le reste du monde ». C’est-à-dire les meilleurs joueurs du reste de la planète. Et bien « le reste du monde » perdait presque tout le temps. Car ces gars-là ne pouvaient pas être bons ensemble sans bien se connaître. Mais ce PSG, on nous l’a tellement vendu pour des Galactiques que certains ont fini par l’acheter !

Ancelotti va-t-il trouver la bonne formule ?
Oui car les automatismes vont se créer. Mais bon, Ancelotti, ce n’est pas l’entraîneur qui m’a le plus épaté au monde. C’est un très bon, mais Arrigo Sachi ou Guardiola, c’est autre chose.

Comment expliquez-vous les problèmes du PSG ?
Déjà, ils jouent pour Paris qui n’est pas une ville de foot mais une ville de gâtés. Il y a beaucoup d’autres événements que les matchs. A Barcelone, Marseille, Milan par exemple, les joueurs ne feraient pas cent mètres sans qu’on leur parle sans cesse de foot. Ça crée une pression positive. Votre Thiago Silva, il peut arpenter les Champs-Elysées pendant une heure, à part deux ou trois fans, il ne va pas être gêné pour marcher! Ce n’est pas un détail. Dans le foot, tout compte. Ça veut dire que s’ils étaient soumis à un tel engouement populaire, les gars seraient concernés toute la semaine par le club et ses résultats.

De quoi ont besoin les Parisiens ?
Déjà, qu’on arrête de croire qu’ils vont régaler le public avec des gestes de fous. Pour l’instant, ils sont inhibés par cette attente démesurée autour d’eux. S’ils ratent un geste, on va dire : « Put…, au prix oú il est payé le mec, il a pas le droit de rater ça ». On leur a mis la barre trop haut. Quand ça va redescendre, la confiance va revenir et, là, il y a aura le fameux match référence dont Paris a besoin. Ensuite, on verra du jeu.

Y a-t-il des points communs avec l’OM que vous dirigiez à l’époque ?
Oui. Notamment dans la motivation des adversaires. Contre nous, et désormais contre Paris, c’était le match de la saison pour l’équipe d’en face. Elle était trois fois plus forte que lors de ses autres matchs. Et la patience est importante. Quand j’ai pris Waddle, on m’a demandé pendant quatre mois pourquoi j’avais engagé un tel charlot. Et puis, un jour, il y a eu un déclic. Une star, ce n’est pas un robot. Il n’y a pas un bouton sur lequel appuyer pour que tout fonctionne tout de suite.

Source : Le Parisien

PSGENFORCE TV
NEWS DE LA SEMAINE
 

 
© 2005-2014 - PSGenForce.net - Tous droits réservés - 9 visiteurs en ligne - Remonter